Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 23:45



Article paru dans L'Humanité, le 15 février 2010

Dans les stations, passer l’hiver sans les humiliations

Samedi, des dizaines de saisonniers des stations de ski de la Savoie ont investi le péage autoroutier d’Albertville afin d’informer les vacanciers de leurs conditions de travail indignes. Ceux de La Plagne ont obtenu gain de cause.

 

« Si tu n’es pas content, tu vas voir ailleurs  ! » « Si tu fais grève, l’an prochain, ce sont des ouvriers polonais qui viendront à ta place  ! » Voilà ce que s’est entendu répondre un saisonnier de La Plagne, en Savoie, alors qu’il réclamait un peu plus de dignité dans ses conditions de travail. C’est pour s’élever contre ces humiliations et sensibiliser le public au devenir d’une profession sur laquelle reposent 70 % de l’économie savoyarde que des saisonniers des stations de la Tarentaise investissaient, à l’initiative de la CGT, samedi, le péage d’autoroute d’Albertville.

des salariés à part entière

« C’est tout d’abord une opération destinée à informer les vacanciers sur les conditions de vie des 75 000 saisonniers sans le savoir-faire desquels toute une économie ne pourrait fonctionner », soulignait Bernard, perchiste à Valmorel. Venus des Menuires, des Arcs et des 30 autres stations de ski du département, ils ont donné à entendre leur inquiétude et leur colère quant au devenir de leur métier  : « Être saisonnier n’est pas un choix, soulignait Christian, des Saisies. C’est dans la nature même de notre travail. Nous préférerions avoir une activité à plein-temps à l’année. Nous ne profitons pas du système, nous le subissons. Quand considérera-t-on le saisonnier comme un salarié à part entière  ? Quand lui donnera-t-on le droit à l’indemnisation pendant les périodes de non-activité  ? Ce n’est pas à lui de supporter le manque d’activité économique », s’indigne-t-il, avant d’ajouter  : « Chaque année, la saison raccourcit. Il y a vingt ans, les saisonniers travaillaient plus de six mois. Aujourd’hui, avec le manque de neige et une certaine désaffection des stations françaises, nous n’exerçons plus que quatre mois l’hiver. Le tout assorti de salaires qui frôlent parfois l’indécence  ! »

« Ici, surenchérit Paul, des Menuires, nous ne voyons souvent devant nous que la précarité, les logements indécents, les heures non payées, les jours de repos qui sautent. Voilà le lot quotidien des saisonniers qui, par leur talent, permettent aux gens de pratiquer un ski de qualité en toute sécurité. » Débats, échanges ponctuent ces rencontres improvisées  : « Nous ne demandons rien d’autre que l’application de la législation sociale, déclare Serge, de Courchevel. Malheureusement, le Code du travail ici a tendance à baisser avec l’altitude  ! »

il faut un véritable statut

Respect du salarié, remise à niveau des salaires, amélioration de l’hébergement à l’heure où certains vivent dans leur voiture ou dans des caravanes, telles sont les principales revendications des travailleurs de montagne. Les manifestants réclament un véritable statut du saisonnier  : « Nous exigeons des contrats clairs qui réaffirment la sécurisation de notre travail, notamment par une clause de reconduction des contrats (après deux saisons dans un établissement, le salarié deviendrait prioritaire pour la troisième) ou encore la prise en compte de l’ancienneté, la possibilité de formation hors saison. En somme ce qu’avait préconisé Anicet Le Pors en 1999, en avançant 31 propositions pour un vrai statut du saisonnier. » À cela s’ajoute la nécessité de sauvegarder et de développer l’emploi industriel de la vallée, garant de la double activité et du maintien des services publics, d’assurer d’une vraie reconnaissance des métiers de la neige et surtout une équitable répartition du bénéfice des entreprises… Appel a été fait aussi à une intervention début mars devant les locaux du patronat à Montmélian. À l’heure où la manifestation s’achève, les saisonniers de La Plagne se félicitent d’avoir obtenu une augmentation salariale de 3 % après le dépôt d’un préavis de grève pour dimanche prochain.

Michel Etiévent

LE CHIFFRE :

75 000. C’est le nombre de saisonniers dont le savoir-faire fait vivre toute une économie, 15 grandes stations de ski et 380 000 lits touristiques pour le seul secteur de la Tarentaise, en Savoie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens