Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 18:52

Article paru dans l'Humanité le 1er Mars 2011

 

Rue d’Ulm, siège de l’École normale de la censure ?

 

Après avoir censuré une conférence avec Stéphane Hessel, la directrice de l’École normale supérieure vient d’être condamnée en justice pour avoir interdit un autre débat organisé par un collectif étudiant sur le conflit israélo-palestinien.

 

Qu’il est loin le temps où l’École normale supérieure abritait les réunions contre la torture en pleine guerre d’Algérie ! Loin, le temps où le plus célèbre de ses anciens élèves, Jean-Paul Sartre, défendait les « illégalités légitimes » ! Légitimité et légalité sont deux concepts que semble en effet confondre l’actuelle directrice de la rue d’Ulm, Monique Canto-Sperber.

Après avoir annulé en janvier une conférence de Stéphane Hessel sur le boycott des produits issus des colonies israéliennes, elle a refusé d’accorder une salle au collectif Palestine ENS pour un débat dans le cadre de l’Israeli Apartheid Week, les 8, 9 et 10 mars prochain. Le collectif, qui voulait « réfléchir à la pertinence de la qualification juridique d’apartheid pour qualifier la situation israélo-palestinienne », avait proposé à l’administration de trouver des intervenants.

 «Atteinte grave illégale à la liberté de réunion »

Face à l’obstination de la direction, les élèves ont donc eu recours au tribunal administratif. Écartant la menace de trouble à l’ordre public, le juge des référés a condamné, samedi matin, cette interdiction qualifiée « d’atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de réunion, qui constitue une liberté fondamentale ».

Ce jugement a eu ses premiers effets, hier, lors du conseil d’administration de l’école. Monique Canto-Sperber n’a pas mis au vote un texte visant à revoir l’organisation des réunions publiques. Pour cette philosophe spécialiste de l’éthique et de la morale, l’ENS, en raison de « sa place particulière sur la scène intellectuelle française », n’a pas « vocation à abriter des meetings de partis politiques ou des réunions organisées par des groupes militants nationaux ou internationaux, dans lesquels s’exprimerait un point de vue univoque ». Cette position ne remet pas en cause, et l’on s’en réjouit, la conférence des Amis de l’Humanité sur Jaurès, le 4 mars, à l’ENS. Mais elle conduit à proscrire une réunion publique sur l’agriculture organisée par des élèves du Front de gauche. « C’est sur la question israélo-palestinienne qu’il y a un tabou », relève Sandro Franceschi, membre du collectif ENS Palestine. « Plus largement, nous faisons face à une frilosité, un repli et une crispation face à des courants d’idées défendus par la gauche associative et politique de la part d’une directrice qui cherche systématiquement des cautions institutionnelles », renchérit François Avisseau, élu CGT au sein de l’école.

En attendant, un moratoire empêche toute organisation d’événement politique, regrette le normalien cégétiste. « Or, la vie de l’école doit continuer pour qu’une nouvelle génération puisse aussi être au cœur des débats politiques. »

Pierre Duquesne

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens