Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 21:19

Article paru dans l'Humanité le 23 Janvier 2012

Un trou de 500 milliards depuis 2007

 

À coups de cadeaux aux entreprises et aux plus riches, Nicolas Sarkozy aura fait exploser la dette de 1 211 milliards en 2007 à 1 688 milliards en 2011.

 

Dès sa première mesure, Nicolas Sarkozy aura donné la mesure de sa politique fiscale. Le bouclier fiscal, symbole de l’injustice suprême, renforcé en 2007, aura permis aux grandes fortunes de bénéficier de chèques vertigineux comme le célèbre 32 millions d’euros versé à Liliane Bettencourt en 2010. Un scandale qui, en pleine crise de la dette, a poussé le chef de l’État à supprimer la mesure mais pour le remplacer par un cadeau encore plus grand. En 2011, de 500 millions d’euros perçus au titre du bouclier fiscal, les hauts revenus ont bénéficié d’un allégement de 2 milliards d’euros sur leur impôt de solidarité sur la fortune (ISF). À l’inverse, pour l’effort national, les ménages modestes se voyaient mis à contribution dans les différents plans de rigueur, au travers des différents relèvements de taxe à la consommation, appliqués aux boissons sucrées, au tabac ou aux produits culturels pour ne citer qu’eux… Auxquels il faut ajouter la quinzaine de taxes créées entre mai 2007 et septembre 2008 pour des recettes supplémentaires avoisinant les 10 milliards d’euros. Parmi les plus connues : les franchises médicales, les éco-taxes, la taxe sur les revenus du capital, destinée au financement du RSA, etc.

Le choc fiscal aura aussi soigné les entreprises, et particulièrement les plus profitables. Les heures supplémentaires défiscalisées mises en place en 2007 auront créé un manque à gagner de 4,5 milliards d’euros par an pour l’État, avec un gain pour les salariés très limité de 500 euros par an pour 9,2 sur 23 millions de salariés. Sans compter que les études économiques estiment que ce dispositif a été préjudiciable à l’emploi. Dans cette logique, le système d’incitation du crédit impôt recherche (CIR) a été multiplié par trois pour un total de 4 milliards d’euros. Or force est de constater que le CIR n’a pas changé la donne en matière de recherche et développement. D’autant que les principaux bénéficiaires sont les grandes entreprises, qui effectuent déjà des dépenses de R & D. Pour ces groupes, pointait la Cour des comptes en 2009, la réforme du CIR équivaut tout bonnement à une baisse « déguisée du taux normal de l’impôt sur les sociétés de l’ordre de 2 à 3 points ». Tout cela sans oublier la suppression de la taxe professionnelle. Au total, Nicolas Sarkozy aura creusé les finances publiques de 500 milliards d’euros en faisant exploser la dette de 1 211 milliards en 2007 à 1 688 milliards au troisième trimestre 2011. Une hausse de la dette qui pour les deux tiers n’est pas imputable à la crise, note la Cour des comptes dans un rapport.

Clotilde Mathieu

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens