Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 20:00

Article de Frédéric Durand, paru dans L'Humanité,  le 3 Janvier 2011

57 journalistes ont perdu la vie en 2010

 

Si le bilan annuel de Reporters sans frontières fait apparaître une baisse sensible du nombre de décès de journalistes, il révèle une recrudescence inquiétante des enlèvements.

 

Les journalistes deviennent de plus en plus souvent une monnaie d’échange. C’est le constat établi par Reporters sans frontières (RSF) à l’issue de son bilan 2010. Ainsi, le nombre de professionnels tués dans leur travail s’est-il réduit de 25 % en un an (57 en 2010 contre 76 en 2009) pendant que les enlèvements augmentent chaque année (+55 % en 2010). « Les kidnappings permettent aux ravisseurs de financer leurs activités criminelles, de faire plier les gouvernements à leurs revendications et de diffuser un message auprès de l’opinion publique », explique RSF.

La détention d’Hervé Ghesquière, Stéphane Taponier, journalistes à France Télévisions, et leurs trois accompagnateurs afghans, depuis le 29 décembre 2009, est la plus longue de l’histoire du journalisme français depuis la fin des années 1980, détaille le rapport. Mafias et milices de tout poil sont les premières responsables des assassinats de journalistes dans le monde. Pakistan, Irak et Mexique, où l’ultraviolence liée aux narcotrafics ne faiblit pas, sont les trois pays les plus dangereux pour les reporters. Si l’Europe est le continent où leur vie est le moins en danger (deux assassinats recensés en 2010, en Grèce et en Lettonie), c’est aussi l’une des régions du monde où les journalistes sont le plus agressés et menacés (24,5 % des menaces et agressions).

Entre la mort et l’exil

Autre évolution constatée, la violence à l’égard des médias fait tâche d’huile et aucune région du monde n’est aujourd’hui épargnée. Des journalistes ont été tués en 2010 dans 25 pays différents. Les coupables, de plus en plus difficilement identifiables, jouissent le plus souvent d’une totale impunité.

Les nouveaux médias diffusés par Internet ne sont pas en reste. Plus difficiles à censurer, ils sont devenus la cible de « cyberattaques », lorsque ce ne sont pas leurs animateurs qui sont agressés ou arrêtés. 152 blogueurs et « Net-citoyens » ont été incarcérés en 2010, révèle le rapport de RSF qui précise que « les pressions sur les blogueurs et la censure du Net se banalisent. Le filtrage n’est plus tabou. La censure prend de nouvelles formes : propagande en ligne plus agressive et recours de plus en plus fréquent aux cyberattaques comme moyen de réduire au silence les internautes trop gênants ».

Enfin l’exil devient parfois le dernier recours. 127 journalistes, provenant de 23 pays, se sont vu contraints de quitter le sol natal en 2010. RSF dénombre en outre 62 pays recourant à la censure et 504 médias qui en sont victimes.

Jeudi dernier, Emine Demir, ancienne rédactrice d’un quotidien kurde, a été condamnée à 138 ans de prison par les autorités turques pour « propagande en faveur des rebelles kurdes ».

Frédéric Durand

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens