Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 11:23

Article paru dans L'Humanité, le 6 janvier 2010


Héberger ou réinsérer

À Rouen, des animateurs de l’Armée du salut protestent contre le déménagement annoncé de plusieurs de leurs résidents. Objectif  : libérer des places d’hébergement d’urgence.

 

Le 31 décembre dernier, les animateurs sociaux de l’Armée du salut de Rouen étaient en grève pour protester contre la décision de la Ddass (direction départementale des affaires sanitaires et sociales) de Seine-Maritime de transférer dans la précipitation des résidents vers d’autres centres d’accueil afin de répondre aux besoins d’hébergement d’urgence du 115. Or, pour Maxime Morin, un des animateurs grévistes, « un transfert, ça se prépare. Nous nous sommes mis en grève pour dénoncer cette maltraitance dont vont être victimes les usagers désignés ».

Conséquence  : les animateurs n’ont pas assuré les festivités prévues le 31. La directrice des lieux, Brigitte Dufils-Barnet, ne décolère pas. « C’est une double peine pour les résidents, s’insurge-t-elle. Je comprends le mécontentement des animateurs car la décision de la Ddass a été trop rapide. Mais je condamne la méthode. La grève oui, mais pas ce jour-là. »

Du côté de l’institution départementale, on se veut rassurant. Christelle Gougeon, inspectrice coordonnatrice du dispositif d’accueil et d’hébergement, précise que « cette décision (de transfert), si elle émane du 115, a été prise conjointement et dans la concertation avec les directions de toutes les associations concernées. Elle rappelle en outre que l’Armée du salut a une mission d’accueil d’urgence qu’elle doit assurer. Enfin, elle précise que seuls les résidents les plus proches de l’autonomie seront envoyés vers d’autres centres et que la Ddass les suivra dans leur parcours de réinsertion en matière de logement notamment ».

Deux centres, fermés jusqu’à présent pour travaux « d’humanisation » (logements, sanitaires individuels), ont donc été rouverts pour accueillir quelques résidents triés sur le volet. « On a tenté de trouver la situation la moins mauvaise », concluent un peu fatalistes Brigitte Dufils-Barnet et Christelle Gougeon. Une gestion de la misère qui ne dit pas son nom.

Frédéric Seaux

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans logement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens