Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 10:12

 Article paru dans L'Humanité, le 3 septembre 2010, page 7.

  

Cooper ferme  avec l'aide de l'Etat

  

Les actionnaires de l'équipementier automobile Cooper Standard France viennent d'annoncer la fermeture de l'usine de Bolbec début 2011. Avec le soutien financier de l'Etat.

 

"Mettons l'argent public pour le travail". C'était en novembre 2008. Nicolas Sarkozy vantait alors l'utilité du Fonds stratégique industriel (FSI), censé aider l'industrie française. Pourtant aujourd'hui, c'est ce même FSI, via le Fonds de modernisation des équipementiers automobiles (FMEA), qui participe à la fermeture prévue au premier trimetre 2011 de Cooper Standard France, équipementier automobile à Bolbec, en Haute-Normandie.

La cause? Un manque de rentabilité face à son concurrent direct, la Barre Thomas, à Rennes. Et comme le FMEA, dixit son directeur Hervé Guyot, grand argentier de l'automobile, n'entend pas "sauver les canards boiteux", 284 salariés du site de Bolbec vont être licenciés. Douze d'entre-eux se verront offrir un reclassement à proximité, à Lillebonne, et vingt autres en Bretagne.

Pourtant, Pascal Langlois, délégué syndical CGT de Cooper n'en démord pas : "Le site pourrait être viable si les actionnaires (qui , le ont racheté les parts de Goldman Sachs et de Cypress Grouper en juillet dernier-NDLR) le voulaient". Mais au lieu de cela, ils ont préféré miser sur le concurrent rennais en fusionnant avec lui, avec la complicité de l'Etat, toujours via le FMEA. Ce dernier a décidé de racheter les parts de Silver Point, un des sept actionnaires de Cooper Standard France, pour faciliter cette fusion. L'Etat sera donc actionnaire minoritaire sans pouvoir réel au conseil de surveillance sur les futurs choix industriels du groupe dominé par des actionnaires issus du système bancaire (Barclay's capital, Lord Abbett).

Le 16 juillet dernier, Hervé Guyot, interpellé déjà à l'époque par Céline Brulin, conseillère régionale communiste, sur les rumeurs de fusion et d'utilisation de fonds publics pour financer des destructions d'emplois, avait pourtant tenté d'être rassurant. "Aucune décision d'investissement formelle n'a été prise en ce sens", écrivait-il. Mais il précisait aussi immédiatement que "les deux sociétés avaient envisagé ce rapprochement (Les salariés n'ont jamais été consultés-NDLR) pour mutualiser leurs capacités nécessaires au maintien de leur compétitivité" et que "ce projet de regroupement permettrait ainsi de sauver 1 600 emplois en France". Dont la totalité des 1300 emplois du site rennais? Rien n'est moins sûr, pourtant, au regard des précédents plans sociaux qui ont touché ce site depuis 2006.

"Le ministre des ouvriers" interpellé

Jean-Paul Lecoq, député communiste de la circonscription, dénonce quant à lui la collaboration de l'Etat dans de possibles délocalisations (l'entreprise barre Thomas possède des usines au Maghreb, en Europe de l'Est et en Asie) et les destructions d'emplois dans un bassin économique déjà sinistré et dont la situation très critique est amplifiée par les constructeurs automobiles, "véritables donneurs d'ordres quin ont le droit de vie et de mort sur les équipementiers automobiles".

Les deux élus ont demandé à être reçus en urgence par Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, qui s'enorgueillissait il ya quelques jours d'inaugurer "l'Observatoire du produit français", censé défendre "le made in France" et "préserver "le savoir-faire national". Les salariés de Cooper, eux, sont bien décidés à multiplier les initiatives locales et à accompagner les élus au ministère pour demander des comptes à celui qui se présentait, il y a peu, comme "le ministre des ouvriers".

                                                                                                                                                                                             Frédéric SEAUX

 

Un FSI bien gardé

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le FSI, voulu par Nicolas Sarkozy au lendemain des états généraux de l’industrie en 2009 pour soutenir la filière automobile, a l’esprit de famille et qu’il sait récompenser les proches du pouvoir.

 Cette « arme anticrise » selon Sarkozy, sait en effet recruter. Car qui de mieux pour diriger ce fonds d’aide aux équipementiers automobiles, qu’un ancien de leurs donneurs d’ordre, en la personne d’Hervé Guyot qui, a 56 ans, a fait toute sa carrière chez Peugeot ? Parmi les onze directeurs d’investissements, on trouve également un ancien de chez Renault, autre donneur d’ordre, un ancien collaborateur du ministre et porte-parole du gouvernement Luc Chatel, des ex-banquiers. Sans oublier, enfin, Thomas Devedjian, qui co-dirige ce FSI, crée de toute pièce par papa, actuel ministre de la relance. Auparavant, le jeune homme de 37 ans avait été conseillé technique auprès de Nicolas Sarkozy quand il était à Bercy. Les ouvriers de Cooper peuvent donc être rassurés. Les copains de Sarkozy s’occupent d’eux.

 

Frédéric SEAUX

 

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans emploi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens