Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 14:54

Article paru dans L'Humanité le 8 Février 2012

 

 

Les lycées professionnels

au premier rang des restrictions budgétaires

 

Déjà touché par la réforme de 2009, l’enseignement professionnel supportera les deux tiers des suppressions de postes dans le secondaire et se voit de plus en plus menacé.

 

Dans l’académie de Lille : 468, 300 à Créteil, 120 à Toulouse, 105 à Caen… L’enseignement professionnel supportera la majeure partie des suppressions de postes prévues à la rentrée 2012 dans le secondaire. Au total, selon les syndicats, elles oscilleront entre 3 500 et 4 000 sur les 6 550 exigées par le gouvernement.

Principale raison d’une telle saignée : la réforme du lycée professionnel de 2009, qui a réduit la durée de formation de quatre à trois ans et créé artificiellement un surcroît d’élèves puisque regroupant sur une année les nouveaux venus du collège et ceux qui avaient déjà effectué un an de CAP ou BEP. Parvenue cette année en terminale, cette « bulle d’élèves », comme l’appelle le ministère, n’existera plus à la rentrée. Ce qui entraînerait un déficit de quelque 33 000 élèves.

Un prétexte tout trouvé pour faire avaler un nouveau train de restrictions budgétaires. Et continuer d’éteindre l’enseignement professionnel public, sous couvert de « rationaliser » l’offre de formation. En janvier, le lycée professionnel du Mas-Jambost, à Limoges, a réussi, grâce à la mobilisation, à infléchir la décision de fermeture. Mais de fait, les petits établissements et les filières à faibles effectifs sont particulièrement visés. Dans l’académie de Lille, le rectorat procédera, à la rentrée 2012, à 14 « fusions » de lycées professionnels. En Midi-Pyrénées, le maillage territorial des formations en prend un coup avec la disparition de quatre bac pro et trois CAP.

Autre exemple au lycée des métiers du bois et de l’écoconstruction, à Envermeu, près de Dieppe (Seine-Maritime). Depuis plusieurs semaines, enseignants, parents et élus s’opposent à la volonté du rectorat de fermer à la rentrée le bac professionnel « technicien de scierie », ouvert depuis seulement deux ans et encore en phase expérimentale. Motif invoqué : l’insuffisance des effectifs dans cette section, où il y a actuellement deux élèves en seconde, onze en première et six en terminale. Les enseignants s’insurgent contre cette vision bêtement comptable. Ces « demi-sections » ne sont destinées à accueillir que quinze élèves et, surtout, cette formation rare, la seule dans le quart nord-ouest du pays, répond à une demande de la part des professionnels haut-normands de la filière bois. Ces derniers, par la voix de l’interprofession normande Anoribois, ont immédiatement apporté leur soutien à la mobilisation. Tout comme la presse professionnelle. « Il faudra nous expliquer comment nous allons développer l’usage des bois locaux si les scieries françaises ne trouvent plus de salariés qualifiés », s’agace l’éditorialiste de l’hebdomadaire Bois international dans son numéro de janvier.

Le 10 janvier, l’Association des régions de France a dénoncé le « gâchis financier incompréhensible » que représentent les fermetures de filières ou d’établissements. Quelques jours plus tard, Nicolas Sarkozy, en guise de réponse, faisait l’apologie de l’apprentissage… « Il y a une volonté idéologique et budgétaire de supprimer la formation professionnelle sous statut scolaire au profit de l’apprentissage assuré par le secteur privé », dénoncent les syndicats comme le Snuep-FSU et la CGT éduc’ action.

 

Laurent Mouloud avec Frédéric SEAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans éducation nationale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens