Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 19:45

Article publié dans L'Humanité, le 13 mai 2009


Le colonel Fabien était son père

 

Monique Georges vient de publier l’histoire de son père, le célèbre Colonel Fabien, héros de la Résistance française durant la Seconde Guerre mondiale.


Ce n’est qu’à la mort de sa mère, il y a quelques années, que Monique Georges, professeure d’histoire dans le secondaire, s’est véritablement intéressée à la vie de son père, Pierre Georges, plus connu sous son nom de guerre, le Colonel Fabien. Elle a découvert la correspondance de ses parents durant leur captivité dans les geôles françaises avant le départ de sa mère, Andrée, vers Ravensbrück, dont elle reviendra, mais veuve puisque son mari est mort (accidentellement ?) en décembre 1944.

C’est un livre passionnant et résolument l’œuvre d’une historienne que nous propose Monique Georges. Une historienne qui vient revisiter l’histoire officielle (n’est-ce pas le rôle d’un historien ?) forcément un peu trop vite rédigée d’un homme longtemps vu comme un titi parisien « à la gâchette facile », et dont les manuels scolaires n’ont retenu de lui que l’auteur du fameux attentat mortel en août 1941 contre un officier (qui n’en n’était pas un d’ailleurs) nazi dans le métro parisien à la station Barbès.

 Fabien n’est pas seulement une station de métro parisien, ou encore la célèbre place du siège du PCF. Il est beaucoup plus que cela : d’abord un communiste de premier plan qui s’engage dès 17 ans (après avoir menti sur son âge) dans les Brigades Internationales, puis qui tente de structurer la résistance communiste face à l’oppression nazie bien avant la rupture du pacte germano-soviétique et qui par la suite devient responsable FTP du secteur Sud de la région parisienne sous le nom de Colonel Fabien. Les FTP qui lanceront l’insurrection à Paris dans laquelle de Gaulle et Leclerc rentreront en libérateurs.

Ensuite un père, même si Monique Georges l’a peu connu et n’en n’a que de vagues souvenirs. Un père qui dans ses lettres destinées à son épouse captive montre son amour pour le genre humain, son amour pour sa fille et sa femme. Enfin un homme ayant arrêté l’école à 14 ans, qui obtient son cap d’ajusteur et qui, en captivité, lit les grands auteurs qu’ils dévorent passionnément.

Un livre utile qui permet d’en finir avec les idées toutes faites sur un homme qui valait plus que ce que la mémoire collective en a gardé.

                                                                                                                    Frédéric SEAUX


Monique Georges, Le Colonel Fabien était mon père, Paris, Editions Fayard, Document Mille et une nuits, 2008, 321 pages, Préface de Gille Perrault, Postface d’Olivier Besancenot, 18 euros.

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens