Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 22:30

 Le projet de Sarkozy évoqué durant la campagne présidentielle de réfléchir à
l'identité nationale vient d'être confié à Besson, notre ministre des basses
oeuvres. Notre très zélé ministre de l'immigration ET de l'identité nationale ne pouvait espérer mieux pour prouver aux militants et électeurs de droite qu'il était vraiment désorrmais un des leurs, et qu'il allait s'employer à mener à bien ce débat afin de rappeler à l'ordre ceux qui ne remplissent pas les critères pour être des bons français. Avec en première ligne, les sans-papiers et les Français, comme moi, qui les soutiennent.

Ainsi donc, ce débat serait essentiel et prioritaire. D'ailleurs un sondage publié ce week-end de la Toussaint a démontré que 60 % des Français y seraient favorables. C'est vrai qu'en ces temps de crise financière et économique dont sont fortement victimes chaque jour des millions de Français (les bons comme les mauvais), de remise en cause petit à petit de l'accès aux soins, à la sécurité sociale, à la retraite par répartition, à l'école républicaine, laïque et gratuite,  au logement,  à un emploi stable et à une  juste répartition des richesses, il était vraiment temps, vraiment crucial de débattre maintenant de l'identité nationale. D'ailleurs, je me le disais récemment :  "je débatterais bien, moi, de l'identité nationale !".

Mais de qui se moque-t-on ? Comment ne pas voir qu'en ces temps de népotisme ou le père président cherche à tout prix à placer son fiston, qu'en cette période où est en train de se jouer l'avenir physique (rapport Balladur sur l'avenir des communes et des départements) et financier des collectivités territoriales (suppression de la taxe professionnelle pour parait-il sauver et créer des emplois. Comme si l'exonération ou le versement de centaines de milliards aux entreprises depuis 20 ans avait permis de sauver ou de créer des emplois !), qu'en cette période où ce gouvernement aimerait soumettre à l'impôt les arrêts de travail et privatiser ce qui reste de services publics, comment ne pas voir que ce gouvernement bien à droite et profondément libéral cherche avant tout à détourner l'attention. Entre un débat sur l'identité nationale ou un autre sur l'avenir de La Poste, que plus de 90% veulent conserver en service public, devinez lequel des deux  ce gouvernement souhaite instaurer ?


L'autre raison de ce débat est idéologique : faire de l'étranger et du sans-papier, en priorité, un problème, une plaie pour notre pays, un danger au bon fonctionnement de notre société et de ses szervices publics. Mais que serait aujourd'hui la France sans ses étrangers et immigrés? Quant aux sans-papiers, le gouvernement préfère s'attaquer aux victimes plutôt qu'aux bourreaux, passeurs, patrons esclavagistes sans aucun scrupule qui connaissent parfaitement la situation de ces hommes et femmes qu'ils emploient pour un salaire de misère dans des conditions de travail ignobles. Des  exploiteurs qui ne risquent pas grand chose, au contraire de ces sans-papiers qui n'ont pas quitté leur pays sans aucune raison. Car on ne quitte jamais son pays de gaiété de coeur... On y laisse sa terre, sa culture, sa famille, ses racines.

Arrêtés, ces sans-papiers peuvent  être renvoyés, après être passés au passage par les centres de rétention dénoncés chaque année par Amnesty international, dans leur pays d'origine, sans que le gouvernement ne se soucie réellement de leur situation politique. Combien de Tchètchènes, de Kurdes, de Russes, d'Afghans, (quels beaux pays démocratiques !) sont renvoyés dans leur pays, au mépris des plus élémentaires droits de l'homme.

Donc, c'est décidé, il faut, c'est crucial pour l'avenir, débattre sur ce sujet; et une des solution pour retrouver le goût et la fierté d'être français est de ... chanter La Marseillaise et de la faire apprendre aux gamins dans les écoles !  Quelle idée géniale, personne n'y avait encore pensé ! Ah si, Chevènement en 1985, alors ministre de l'Education Nationale, l'avait prévu puis...

Chanter La Marseillaise ferait donc aimer la France et ferait de ses habitants des patriotes... c'est vrai que certaines de ces paroles me donnent vraiment envie de respecter l'esprit républicain de la France (vous savez, "Liberté, égalité, fraternité") : "Aux armes citoyens, formez vos bataillons.. q'un sang impur abreuve nos sillons". 
Non, en fait j'ai plutôt envie de vomir. Cet hymne approprié sous la Révolution française est vraiment devenu désuet, obsolète (heureusement) pour ne pas dire anachronique. Je n'ai pas envie de prendre les armes, de rejoindre des bataillons militaires, je refuse de prononcer les termes "sang impur" (qu'est-ce qu'un "sang pur"? réponse dans Mein Kampf).
Je me sens citoyen du monde et absolument pas français selon la définition qu'en ont Besson et son patron. C'est pourquoi je rejette cet hymne national et revendique en lieu et place un hymne européen aux intonations pacifistes et humanistes.
Alors, sinon, qu'est-ce qu'être Français... C'est connaître son histoire avant tout. C'est se rappeler ce qu'a écrit l'historien Braudel dans son chef-d'oeuvre, l'identité de la France, "que la France est diversité" , et ce qu'a prononcé François Mitterrrand, à l'occasion d'un colloque : "Nous sommes français, nos ancêtres les gaulois, un peu germains, un peu juifs, un peu italiens, un petit peu espagnols, peut être qui sait polonais, et je me demande si nous ne sommes pas un peu arabes".

C'est donc se rappeler son histoire... et notamment l'apport culturel, économique (merci d'avoir reconstruit la France), militaire (merci d'avoir été en premières lignes), financiers (merci aux investisseurs) de tous ces étrangers qui ont fait un jour la France. C'est se rappeler que l'adage républicain ne doit seulement orner les frontons des mairies. Il doit être appliqué quotidiennement. La France doit redevenir le pays des droits de l'Homme qu'elle n'est plus que sur le papier. C'est donc de fait dénoncer et s'opposer aux arrestations des sans-papiers et surtout tout faire pour leur permettre d'être régularisés. Et si pour cela, il faut avoir recours à la désobéissance civile...

Etre français, c'est aussi et surtout refuser le démantèlement des valeurs françaises, à commencer par les services publics qui sont chers justement aux Français. Par conséquent être Français, c'est combattre l'actuel gouvernement qui détruit toutes les valeurs françaises issus de la résistance et du programme du CNR. je pense bien sûr notamment à la sécurité sociale et à l'ordonnance de 1945 sur le droit des mineurs.
C'est donc certain que ma vision du bon français ne ressemble en rien à celle nationaliste que souhaite imposer ce gouvernement. 

Messieurs Sarkozy, Besson et consorts, dois-je dès lors faire ma valise? je vous ferais trop plaisir. Il faudra alors venir me chercher... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens