Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 14:28

Les victimes du Médiator

Témoignage paru dans l'Humanité, le 11 janvier 2011

« Je ne mangeais plus, je ne me nourrissais plus que de pilules »

 

Souffrant de dépression et d’isolement, Catherine Leraillez a sombré, il y a quinze ans, dans l’engrenage des cocktails médicamenteux. Jusqu’au point de rupture.

 

Divorce, licenciement, dépression : en 1992, Catherine Leraillez n’a pas tiré le tiercé gagnant. Son quotidien bascule peu à peu dans une solitude sans fond. Sous l’effet conjugué des antidépresseurs et autres anxiolytiques, elle subit alors une importante prise de poids, passant de 63 kilos à 108 kilos. Sa nouvelle morphologie tourne vite à l’obsession. Son médecin généraliste choisit alors de lui prescrire le Mediator à contre-emploi, comme coupe-faim. Dans son profond désarroi, elle voit en lui « le remède miracle ». Le cocktail médicamenteux ne tarde pas à se faire sentir. « J’ai commencé à avoir des vertiges, des troubles de la vision, je ne supportais plus ni la lumière ni le bruit. »

D’après Catherine, son médecin a sous-estimé ces effets secondaires. « À chaque fois que je lui en parlais, il allongeait la liste des prescriptions, mettant ces symptômes sur le dos de nouvelles maladies. Si j’avais des palpitations, c’était parce que je faisais de la tachycardie. Si j’avais des vomissements, c’était une gastro-entérite... » Très affaiblie, Catherine prend vite la fâcheuse habitude de « faire son marché » auprès de son médecin, pour un oui ou pour un non, comparant ses traitements avec ceux de sa meilleure amie, à l’époque dans le même cas de figure. « Comme il n’était pas très regardant, c’était quasiment devenu de l’automédication. Je passais commande et lui, il se contentait de signer des ordonnances longues comme le bras, sans prendre garde à d’éventuelles contre-indications », témoigne-t-elle. Peu à peu, l’appartement de Catherine change lui aussi. « La table du salon était couverte de médicaments, divisés en trois lignes : celle du matin, celle du midi et celle du soir. Je ne mangeais plus, je ne me nourrissais plus que de pilules diverses, mais je ne maigrissais pas pour autant. »

En 2002, après une brutale intensification des effets, un de ses collègues de la communauté urbaine de Lille la retrouve gisant chez elle. Catherine a fait une rupture d’anévrisme. Lorsqu’elle sort, miraculée, de l’hôpital, elle reprend pourtant le Mediator en dépit du bon sens.

Cristallisant sa rancœur sur son médecin, elle se ruine en procès et en expertises, l’accusant de plusieurs retards de diagnostics dont il sort finalement blanchi. Pendant douze ans, elle n’a pourtant pas jugé bon de le quitter pour un autre. « J’avais des problèmes financiers, j’avais donc peur de changer de généraliste, car comme il me connaissait, il acceptait de me faire un forfait au mois. » Aujourd’hui, reconnue Cotorep à 79 %, Catherine ne décolère pas et répète à l’envi que les professionnels de santé gagnent primes et voyages au prorata de leurs prescriptions. Son récit, contredit par celui du médecin, qui ne se souvient pas lui avoir prescrit le Mediator, « sauf peut-être une ou deux fois », et estime ne lui avoir « délivré que des ordonnances justifiées », sème le trouble. Une chose est sûre cependant, le recours addictif de Catherine aux médicaments, tout comme ses effets néfastes, est bien réel. Et il a été permis par notre système de soins.

Catherine leraillez, 55 ans, 4 cachets par jour pendant 5 ans

 

Flora Bellouin

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens