Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 09:26

 

Article de Lina Sankari, paru dans L'Humanité, le 25 octobre 2010

 

 

Le Pen banalisé au Centre de formation des journalistes

 

Le dirigeant d’extrême droite est invité, jeudi 28 octobre, à répondre aux questions des étudiants de l’école de la rue du Louvre.

 

L’argument de la mise au ban ne tient plus. Les dirigeants du Front national en sont pleinement conscients. S’ils ont longtemps joué du prétendu « cordon sanitaire » qui s’exerçait à leur encontre, aujourd’hui les cadres de cette partie de l’extrême droite savent qu’ils sont à un tournant. Déjà, cet été, réagissant au discours de Grenoble, Steeve Briois, candidat frontiste à la mairie de Hénin-Beaumont, et artisan de l’implantation de Marine Le Pen dans le Nord, se félicitait : « Pendant des années, notre mouvement a été mis au ban parce qu’il avait osé braver des interdits sur l’immigration. Maintenant, on vient nous dire à demi-mot que nos arguments étaient valables. S’ils reprennent officiellement les mêmes opinions que nous, il n’y a plus de raison de nous écarter. »

Plus aucune raison ? C’est également ce que semble penser le Centre de formation des journalistes (CFJ) qui forme « l’élite » de la presse. Jeudi prochain, l’école recevra Jean-Marie Le Pen, amené à faire une intervention devant les étudiants. À leur tour, ces derniers pourront lui poser des questions. « La direction de l’école est attachée à convier des personnalités les plus diverses dans les domaines de la politique, l’économie, les médias, la culture et le sport », précise le CFJ dans un communiqué. L’école de la rue du Louvre qui se targue souvent d’être une école d’excellence confirme qu’elle forme une armée de journalistes utiles à la bonne marche de la propagande libérale. C’était déjà la thèse de François Ruffin il y a quelques années (1), qui déplorait l’uniformisation médiatique. Dès lors, à partir du postulat selon lequel le journaliste loupe le coche s’il ne relaye pas la même information que ses petits camarades, pourquoi ne pas accorder une place de choix à Jean-Marie Le Pen (ou à sa fille Marine, qui «  passe bien et mieux » que son père) quand tous les confrères le font ?

Après la présidentielle de 2002, et une fois l’ignoble passé, le traitement médiatique réservé à Jean-Marie Le Pen et à son héritière s’est de plus en plus rapproché de celui consacré aux autres formations politiques. À l’instar d’une Arlette Chabot qui, en pleine émission en 2007, s’extasiait devant des photos du vieux leader : « Là, vous avez un petit air de Jean Gabin », l’heure est à la normalisation.

Et en cela, le CFJ rejoint la ligne choisie par le pouvoir depuis 2007 et renforcée depuis le discours de Grenoble. En atteste une direction de l’UMP qui examinera prochainement, lors d’un bureau politique, la proposition du député Christian Vanneste de voir émerger une « droite large » regroupant le centre, l’UMP et... le Front national.

 

(1) Les Petits Soldats du journalisme, 
de François Ruffin, éditions les Arènes, 2003

Lina Sankari

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens