Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 14:52

« Cela fait cinq ans que je suis au placard »

Marylène Khaldi, agent administratif chez But raconte sa mise à l’écart depuis 5 ans au sein de son service et les pressions constantes pour qu’elle démissionne.

 

Marylène Khaldi, agent administratif à la direction régional du magasin But, installé sur le centre commercial de Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime) a le sourire crispé quand elle raconte son histoire. Agée de 48 ans, agent administratif au sein de ce magasin depuis 8 ans et à temps partiel par obligation, qui l’oblige à posséder un autre emploi, elle explique ainsi sa situation. « Il y a cinq ans, sans qu’on ne m’en ait avertie, on m’a mise dans un bureau sans aération et on m’a retiré ma ligne téléphonique, mon ordinateur, jusqu’à la boîte de chocolats de fin d’année que j’étais la seule dans le service à ne pas avoir. Je n’avais plus rien à faire, hormis quelque photocopies, par-ci, par-là », explique-t-elle.  La direction lui aurait reproché des erreurs répétées dans son travail qui auraient conduit à de telles mesures. « Mais la direction était même prête à me faire faire des travaux dépassant mes compétences. Sans compter le travail qu’on me donnait à faire à 12h25 alors que je finis à 12h30 ! Par la suite la direction à même voulu m'imposer des heures de ménage sur la moitié de mon temps partiel. J'ai fait intervenir l'inspection du travail", ajoute-t-elle. Difficile, en effet, dans ces conditions d’être opérationnel.

Toujours est-il que depuis, Marylène vit mal cette situation qui l’angoisse au point de lui provoquer des malaises à répétition. Pour ne rien arranger à sa santé fragile, le plan social en cours prévoit irrémédiablement la disparition de son service. La direction lui aurait proposé un poste à temps partiel à Metz d’aide-comptable. « Mais je n’ai jamais fait de comptabilité de ma vie », s’emporte-t-elle. Comme certains autres salariés, Marylène aurait été approchée pour quitter d’elle-même l’entreprise. « C’est du harcèlement quotidien », affirme-t-elle. « On m’a proposé un abandon de poste contre une indemnité compensatoire de 2 000 euros. Evidemment j’ai refusé. Depuis j’ai tout de même pu récupérer mes outils de travail grâce encore à l’intervention de l’inspection du travail.  Celle-ci est même intervenue pour empêcher que la direction impose à Marylène des tâches de nettoyage des locaux pour lesquelles elle n’avait pas été recrutée. 

Alors Marylène, dépitée, a passé avec succès les diplômes lui permettant d’espérer bientôt travailler dans une crèche et d’oublier à jamais les années passées chez BUT. En attendant, elle était samedi au milieu de ses collègues pour réclamer de la direction le respect de ses salariés. Tout simplement.

                  Frédéric Seaux

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans plans sociaux
commenter cet article

commentaires

KHALDI Marylène 28/02/2010 17:23


On m'a simplement menacé de me donner du travail au dessus de mes compétences.Merci de bien vouloir réctifier.


Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens