Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 13:32

Articles parus dans l'hebdomadaire La Terre, du 18 au 24 janvier 2011

 

Le monde rural sur les planches

 

La décentralisation théâtrale s’est globalement arrêtée aux portes des villages. En  Haute-Normandie, certaines communes en ont décidé autrement en signant une convention avec la compagnie « La Comédie errante » de Bob Villette.

 

En Haute-Normandie, des communes ont en effet décidé de se lier à une troupe d’irréductibles, « la Compagnie errante », qui depuis près de trente ans joue et fait jouer « dans des lieux peu probables, à commencer par les villages », insiste Bob Villette, fondateur de cette compagnie installée pourtant en zone urbaine à Cléon, dans la banlieue d'Elbeuf, à quinze minutes de Rouen. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le succès, naissant ici, durable là, est prégnant. Un succès que l'on doit en premier lieu aux choix des élus locaux et des associations qui  sont des éléments primordiaux au dynamisme rural.
Les communes d'Ymare (1000 habitants), Bois d'Ennebourg (associé à Bois l'Evêque, 1000 habitants à eux deux) et Montigny (1200 habitants) ont ainsi fait le pari gagnant de signer une convention avec la compagnie de Bob Villette.

Les ingrédients d’une telle réussite ? « Il faut qu’il y ait une rencontre » explique Bob Villette. Ainsi, la création l’an dernier d’un atelier théâtre à Bois d’Ennebourg a vu le jour grâce à l’épouse du maire de cette commune qui participait aux cours pour adultes dispensés à Ymare. Mais il faut ensuite une réelle volonté du maire et de son conseil. A Bois d’Ennebourg, Mathias Ader, maire depuis 2008, naturellement influencé par son épouse, en a eu aussi la volonté politique. L’ingénieur territorial qui a passé toute sa jeunesse parisienne dans les théâtres de la capitale et de sa banlieue, tenait à  amener le théâtre dans sa commune afin d’en combattre l’image élitiste. Mais l’élu écologiste, exigeant, souhaitait un théâtre de qualité avec une démarche réflexive.

Les associations s’en mêlent

 « J’ai tout de suite été intéressé par le travail de Bob Villette qui dans sa démarche de « chemin d’acteur » propose une approche nouvelle du théâtre, rigoureuse et structurée et en même temps très pédagogique pour l’enfant car le théâtre de Bob Villette est fondé sur l’esprit collectif qui est une valeur importante », poursuit l’élu.  De neuf enfants l’an passé, ils sont aujourd’hui treize à fréquenter le cours hebdomadaire. Revigoré par le spectacle donné en  juin dernier dans la salle des fêtes devant la population, l’élu aurait pu s’en satisfaire. Mais conscient de l’insuffisance du nombre de participants qui étaient « essentiellement  les enfants des conseillers municipaux », l’élu a relancé la convention,  « plus seulement pour voir comme la première année », dit-il, ainsi que les inscriptions. Aujourd’hui, précise-il, le premier surpris, « c’est presque 30 % d’une classe d’âge des deux villages qui fait du théâtre ».

A Ymare, le maire communiste confie que « c’est une association locale, « la chandelle verte » qui gère la convention avec la compagnie errante, car en milieu rural, on n’a pas toujours les services en quantité et en qualité. On préfère donc accompagner les associations financièrement et sur le plan logistique ». Une réalité que partage le maire « sans étiquette » de Montigny, près de Maromme en banlieue Nord de Rouen. Là encore, c’est une association locale, « le foyer culturel de Montigny » qui gère la convention avec la troupe de Bob Villette. La présidente Christiane Semail explique que « le théâtre, seule activité culturelle de la commune, est né, il y a deux ans, d’une demande des jeunes ».

« La salle des fêtes est plus extensible que notre budget »

Le point commun pour ces communes est en tout cas la volonté de ne pas se satisfaire de cet actuel succès d’estime dont ils bénéficient. A Montigny, la présidente espère bien atteindre rapidement quinze à vingt adolescents (contre dix cette année, et huit la première année) pour constituer une vraie troupe. Il faut dire que dans ce village, la salle des fêtes de 120 places et l’existence, il y a une quinzaine d’année, d’une troupe d’adultes alimentent l’espoir.

Du côté de la « Comédie errante », l’ambition est identique. « Une dizaine d’enfants ou d’adultes dans un cours n’est pas une fin en soi » affirme Bob Villette. L’objectif est donc que le théâtre s’implante durablement via la formation, bien sûr, puis par des représentations que la troupe professionnelle vend aux communes. Et du côté des associations, comme « la chandelle verte » à Ymare, on rêve souvent d’un lieu (souvent la salle des fêtes) mieux adapté au vu du travail effectué et des ambitions fixées. C’est là par contre que le bât blesse car les municipalités rurales n’en ont souvent ni les moyens, ni l’envie d’en faire une priorité. « Quand il y a un spectacle, on tire les murs de la salle des fêtes qui sont plus extensibles que notre budget », ironise le maire qui reconnaît malgré tout que l’activité théâtrale permet d’offrir depuis maintenant huit ans un service de plus aux habitants et un visage dynamique du village qui, bien que situé à quinze kilomètres de Rouen, « n’est pas une cité dortoir », insiste-t-il.

Frédéric SEAUX

 

 

 

La Comédie errante à la recherche d’un nouveau théâtre

La comédie errante fêtera bientôt ses trente ans d’existence. Trente ans que Bob Villette, son fondateur âgé de 61 ans, travaille à l’éclosion d’un nouveau théâtre. Comédien, auteur, metteur en scène, pédagogue, Bob Villette se définit lui-même comme un « chercheur de la forme théâtrale ». Passionné par l’étude du travail d’acteur auquel il donne le nom en 2008 de « chemins d’acteur », ses travaux ont été relayés par le département Arts et Spectacles du CNRS. Même s’il reste modeste à ce sujet, Bob Villette est l’homme qui a formé des acteurs comme Philippe Torreton et Bruno Putzulu.

En continuelle recherche théâtrale, Bob Villette met en scène des auteurs classiques et contemporains avec comme leitmotiv, une démarche de longue haleine : amener au théâtre de nouveaux spectateurs et leur donner envie d’y revenir en allant à leur rencontre.

                   Frédéric SEAUX

 

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens