Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 21:54



Aerrticle paru dans l'hebdomadaire La Terre, du 4 au 10 août 2009


TNT : les communes rurales sonnent la révolte

Les petites communes rurales et de montagne sont les premières visées par la généralisation prochaine de la télévision numérique en lieu et place de la télévision hertzienne. Nombre d’entre-elles, en effet, ne la recevront pas. Une fracture numérique entre les territoires et les habitants se prépare donc. Explications.

Le 30 novembre 2011 au plus tard, la télévision analogique hertzienne aura vécu et laissera place à la télévision numérique ( TNT- télévision numérique terrestre), permettant ainsi d’accéder à une offre télévisuelle d’importance (18 chaînes au lieu des 6 actuelles) et à une qualité d’image en haute définition. Un progrès donc. Mais en apparence seulement car la couverture ne sera pas totale sur l’ensemble du territoire français métropolitain. En effet, le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), conformément à la loi votée par le parlement en décembre 2008, se limitera à couvrir 95 % de la population métropolitaine, tout en garantissant un minimum de 91% de la population pour chaque département.

 Le CSA s’explique, soutenu par le Ministère de la Culture, sur cette prochaine fracture numérique qui ne dit pas son nom : selon le conseil, « les téléspectateurs non desservis par la TNT [pourront] recevoir les chaînes gratuites par satellite », ou encore via une connexion internet, et il est « indispensable que tous les acteurs locaux conjuguent leurs efforts ». La messe est dite : ce sera aux communes non couvertes ou seulement partiellement et à leurs habitants de mettre la main à la poche pour recevoir demain la télévision qu’ils recevaient encore gratuitement aujourd’hui.

Mais ces futures « zones blanches », pour beaucoup en zones rurales et de montagne, et très souvent informées par TDF (Télévision de France), principal opérateur des réseaux hertziens auprès des chaînes de télévision, des collectivités locales et des fournisseurs d’accès internet, ont décidé de résister. L’idée même que leurs administrés ne puissent plus recevoir la télévision ou soient obligés de financer eux-mêmes les équipements les scandalise et les pousse à l’action. Via l’ANEM (Association Nationale des Elus de Montagne), ces élus ont décidé de rappeler au CSA les efforts déjà fournis les années précédentes « pour assurer la diffusion de la télévision analogique », et qu’ « il ne serait pas équitable d’être pénalisé de nouveau, la continuité du service public ne pouvant plus être assurée ».  La disparition des services publics, c’est précisément ce qui révolte Sandra Comolli-Grandvillemin, maire de Jainvillote, commune d’une petite centaine d’habitants dans les Vosges et son homologue d’Amélie-Les-Bains, Alexandre Reynal, dans les Pyrénées Orientales, commune thermale de près de 3600 habitants. « Notre zone n’est pas assez rentable, alors elle est laissée de côté », s’insurge cet élu qui revendique fièrement son étiquette socialiste. Pour la maire de Jainvilotte, déçue par le PS mais « profondément de gauche », c’est après la disparition de son école et de la Poste du village, « encore un service public qui s’en va ». Une disparition à laquelle s’ajoute, pour d’autres communes, une absence de haut débit et d’accès à Internet en dégroupé qui ne leur permettra donc pas de recevoir la TNT, alors que le CSA et le ministère de la Culture en font la panacée des zones blanches. C’est ainsi le cas du village de Bellefosse dans le Bas-Rhin, en Alsace, première région à passer à la TNT, mais dont 14 sites dans le Bas-Rhin et 4 dans le Haut-Rhin ne seront pas couverts. « Toutes des communes de montagne », précise irritée la maire, Alice Morel, de ce petit village de 150 habitants et « 2 à 3 fois plus le week-end ». Une élue également conseillère générale qui s’insurge contre le vote des parlementaires qui ont écarté ainsi autant de communes de la réception de la TNT : « 40 à 50 communes concernés ici dans le Bas-Rhin », précise-t-elle avant d’affirmer qu’elle attend beaucoup du gouvernement dans les aides financières et techniques apportées aux particuliers qui s’équiperont eux-mêmes. En espérant, dit-elle  de « ne pas prendre seulement en considération les ressources des personnes mais aussi les territoires, surtout les plus isolés ».  La parabole reste donc pour cette élue,  la seule solution au problème. A condition seulement que les Bâtiments de France n’aient pas, comme à Etretat, en Haute-Normandie, également en zone blanche, à donner leur aval au préalable…

Et pour tous ces villages, dont la question de la désertification est souvent prégnante, il est hors de question et impossible de financer eux-mêmes l’installation et l’entretien annuel d’un émetteur TNT. Conscients que leurs administrés viendront se plaindre directement à eux, ils comptent bien, à l’image du 1er adjoint d’Urville-Nacqueville, commune de 2 200 habitants, dans la Manche, en appeler aux communautés de communes afin de prendre en charge ce coût estimé à plus de 100 000 euros.

Des inquiétudes multiples donc qui sont arrivées aux oreilles des élus nationaux et du gouvernement. Le premier ministre, dans  un communiqué à la presse du 22 juillet dernier a en effet prévu d’élargir l’assiette des personnes initialement aidées (personnes âgées, handicapées et personnes non assujetties à la redevance audiovisuelle) techniquement et financièrement pour s’équiper en réception satellite. Coté parlementaire, le Sénat a voté le 20 juillet dernier une proposition de loi du sénateur UMP de la Gironde Xavier Pintat présentant le haut débit comme la solution miracle à la couverture TNT. Une proposition cependant rejetée en bloc par les sénateurs communistes et républicains qui dénoncent un désengagement de l’Etat au profit des groupes privés et au détriment des collectivités locales et des populations qui, via l’accès et haut débit et donc à Internet, devront payer la note. Sur la forme, ils dénoncent aussi une loi soi-disant historique alors même qu’elle a été votée en « catimini en moins d’une semaine ». Cette proposition de loi sera débattue à l’Assemblée Nationale à l’automne prochain. Soit à la même période, que la proposition de loi du député UMP du Cantal Vincent Descoeur, secrétaire général de l’ANEM, dont la philosophie du texte semble être totalement différente. A tel point que ce dernier, contacté par téléphone, estime que la proposition de loi de Pintat « ne résoudra absolument pas la question de la couverture TNT » et qu’elle risque de nuire à la compréhension de sa proposition de loi. Le député se dit prêt à défendre, lui, une extension de la couverture initialement prévue  par le CSA et les chaînes de télévision : 2 200 réémetteurs TNT au lieu des quelque 1626 prévus sur les 3 500 émetteurs hertziens qui couvrent actuellement le territoire.  Les débats risquent donc d’être bientôt très animés à l’UMP sur cette question. Et Vincent Descoeur compte bien sur le prochain congrès de l’ANEM au mois d’octobre pour l’emporter sur cette question au sein de son mouvement.

En attendant, l’inquiétude des petites communes demeure. Tout du moins pour celles qui savent déjà qu’elles seront mises au ban du progrès numérique. Car en l’absence de publication officielle par le CSA de la liste définitive des communes concernées, des maires ignorent encore à ce jour que leurs administrés verront bientôt rouge en découvrant leur écran noir. Réponse, d’après le CSA, le 15 septembre prochain. La rentrée risque d’être chaude…

Frédéric SEAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans nouvelles technologies
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens