Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 09:22

Article paru dans L'humanité, le mardi 10 avril 2012

 

 

Patron favorable à la hausse du Smic 

 

 Pour Patrick Marais, dirigeant de PME, la revalorisation du Smic permettrait de relancer l'activité

 

Patrick Marais a monté son entreprise de communication par l’objet, « LM Communication » à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) il y a presque vingt ans. Son cœur bat bien à gauche. Pas si étonnant pour celui qui a connu auparavant le licenciement, le RMI et les bons alimentaires.

Le dirigeant d’entreprise qui compte quinze salariés votera pour le Front de gauche aux prochaines élections. Parce que pour lui, l’augmentation des salaires n’est pas le problème, mais la solution. "Seule une augmentation des salaires à commencer par le Smic à 1700 euros, relancera l’économie. Ce que les patrons verseront d’un côté, ils le récupèreront forcément et davantage de l’autre par la relance de leur activité ".

Mais ce patron pose néanmoins une condition : que la mesure soit applicable immédiatement par tout le monde.  "Il ne faut pas que l’on fasse comme pour les 35 heures, où les patrons ont disposé de temps pour les mettre en place. Moi, je les ai appliqués immédiatement sans baisser les salaires, j’ai même créé un emploi, mais je me suis retrouvé ensuite avec des devis bien supérieurs à mes concurrents, car il fallait bien que je répercute mes coûts supplémentaires qu’eux n’avaient pas".

Et pour ce dirigeant de PME, favorable au plafonnement des salaires des grands patrons, cette augmentation ne pose aucun problème de financement. Mais lui avance ainsi l’idée d’une baisse de 20% des cotisations patronales des petites entreprises qui servira à augmenter les salaires et à investir dans de nouvelles machines. "Les 20 % manquant dans les caisses de l’Etat, il faudra aller ensuite les chercher là où est l’argent, entre autres dans les entreprises du CAC 40 qui paient au final peu de charges", conclue le dirigeant qui a créé le logo des salariés de la raffinerie Petroplus et les banderoles de soutien qui ornent d’ailleurs les bâtiments de son entreprise.

Frédéric SEAUX

Repost 0
Published by frederic seaux - dans Salaires
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 15:59

Article paru dans l'Humanité le 1 Mars 2011

 

 

Europac : Chantage patronal déjoué

 

Augmenter les salaires si les employés acceptaient que les futurs embauchés soient moins bien payés : la direction de la papeterie Europac (ex-Chapelle d’Arblay) en rêvait, mais la mobilisation de tous l’en a empêché.

 

 

Les salariés savent que les négociations annuelles obligatoires sur les salaires ne sont jamais une partie de plaisir face à un patronat soucieux de protéger ses marges et les dividendes des actionnaires. Mais ceux de la papeterie-cartonnerie Europac (ex-Chapelle d’Arblay et ex-Otor Papeterie) de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, ne s’attendaient pas à ce que leur direction dépasse ainsi les bornes en matière de négociations salariales. Il y a quelques jours les syndicats (CGT et Unsa) de l’entreprise demandaient un rattrapage de 1 % sur les salaires de 2010, arguant une inflation de 1,8 % insuffisamment compensée par une augmentation de 0,8 %. En sus, les syndicats souhaitaient une augmentation pour 2011 de 3 % étalée sur l’année, ainsi qu’une augmentation de la prime de vacances de 75 euros.

Réponse de la direction : oui à une augmentation étalée des salaires (mais pas de la prime de vacances) mais seulement à hauteur de 1,6 %. Et à la condition d’accepter que les futurs embauchés (la pyramide des âges des salariés est élevée dans cette entreprise) le soient avec un indice salarial revu à la baisse. « Près de 500 euros d’écart », s’insurge André-Pierre Terrier, de la CGT de l’entreprise. Certains acquis sociaux obtenus de longue date étaient également retirés aux futurs embauchés. « Les syndicats ont refusé cette régression sociale. Ils ont demandé l’avis aux salariés qui les ont suivis », poursuit le syndicaliste. « On a débrayé deux heures et prévenu l’équipe suivante qui a immédiatement fait savoir qu’elle se mettait elle aussi en grève », ajoute-t-il.

D’abord intransigeante, la direction a accepté de revenir à la table des négociations. En jeu pour le groupe espagnol : l’anticipation de la production et de la livraison de ses clients, avant la fermeture en mai pour près d’un mois, afin d’effectuer de lourdes et coûteuses (près de 20 millions d’euros) transformations sur les machines. Un conflit social aurait donc fait désordre. La direction a finalement reculé : plus question de rétribuer moins les futurs salariés. Mais en plus, les syndicats ont obtenu 2 % d’augmentation de salaire pour 2011, avec possibilité de renégociation à la mi-novembre en cas d’inflation supérieure aux prévisions, ainsi qu’une augmentation de 35 euros de la prime de vacances.

« Il n’était pas question de s’asseoir sur trente-cinq ans de luttes sociales dans l’entreprise », a conclu André-Pierre Terrier, qui retient dans ce conflit la volonté toujours affichée par le patronat de jouer la division entre les salariés, ici entre l’ancienne et la nouvelle génération.

 

Europac, Une usine presque centenaire

Rachetée en 2008 par le groupe espagnol Europac, 
un des leaders de l’emballage, la papeterie de Rouen est 
un des piliers historiques de l’industrie dans la région rouennaise. Créée en 1928, elle compte encore 160 salariés, 
contre 1 400 il y a trente ans. Le site, installé à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), est spécialisé dans la production 
de papier pour ondulé léger de 90 g/m2, ce qui requiert 
un outil spécifique et se révèle être une prouesse technique.

Frédéric SEAUX

Repost 0
Published by frederic seaux - dans Salaires
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 11:21

Article de Thomas Lemahieu paru dans L'Humanité le 15 Décembre 2010

Un patron égale 190 smicards

 

Pendant que le salaire minimum progresse faiblement, les rémunérations des grands patrons diminuent, elles, un tout petit peu, mais restent sacrément insolentes...

 

Pas de coup de pouce, mais un bras d’honneur. Pour les petits smicards à temps complet ou partiel, ça sera l’augmentation « technique », calculée sur la base de l’inflation (+ 1,6 %). Mais pour les grands patrons, les chiffres apparaissent, au premier coup d’œil, plus terribles encore : en 2009, les dirigeants des plus grandes entreprises françaises, celles du CAC 40, ont vu leurs salaires baisser de 14 % ! Collision de symboles, hier : d’un côté, alors qu’un salarié sur quatre en France gagne moins de 9 000 euros par an (soit 
0,7 smic), les syndicats enregistrent, à la commission nationale de la négociation collective, la progression au strict minimum légal du salaire minimum, porté 1 365 euros brut par mois pour un temps complet ; de l’autre, selon une étude du cabinet de conseil Proxinvest, rendue publique au même moment, les rémunérations des patrons français du CAC 40 représentent en moyenne 190 fois le smic, soit 3,1 millions d’euros par an. Une baisse, nous dit-on, mais une baisse en trompe-l’œil : les salaires proprement dits des PDG augmentent en moyenne de 5 %, mais crise financière et scandale sur les revenus des patrons obligent, ce sont, selon Proxinvest, leurs parts variables (stock-options, bonus, etc.) qui ont diminué le plus fortement. Certains des patrons du CAC 40 ont encore de quoi vivre, toutefois. Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, a ainsi touché l’année dernière 9,2 millions d’euros. Christopher Viehbacher (Sanofi-Aventis) arrive deuxième avec 8,3 millions. Viennent ensuite Bernard Arnault, de LVMH, avec 7,6 millions, Franck Riboud (Danone), avec 5,8 millions, et Henri de Castries, pour Axa, avec 5,6 millions. Proxinvest relève par ailleurs que les sociétés du CAC 40 payent aussi très bien les présidents non exécutifs, qui ne dirigent pas les entreprises. Les rémunérations sont dans ces postes parmi les plus élevées en Europe avec 928  000 euros en moyenne, quatre fois plus qu’en Allemagne et aux Pays-Bas.

Thomas Lemahieu

Repost 0
Published by frederic seaux - dans Salaires
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens