Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:27

 

Article paru dans l'Humanité, le 27 Février 2012

 

Chez Petroplus, le grand barnum de Sarkozy

 

Invité en qualité de candidat de l’UMP, le président a délivré des annonces déjà connues des salariés.

 

Rouen (Seine-Maritime), correspondance.

 

 Décidée seulement la veille au soir et officialisée le matin même à 9 heures, la venue de Nicolas Sarkozy vendredi midi sur le site de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Haute-Normandie), à l’arrêt depuis début janvier, avait été demandée par l’intersyndicale. « Au même titre que tous les autres candidats à l’exception de Le Pen, précise Yvon Scornet, porte-parole et élu CGT, puisque désormais le président est candidat à sa réélection ». Et la visite de Nicolas Sarkozy a eu finalement tout l’air d’une visite médiatique et électoraliste savamment orchestrée par l’Élysée, au mépris de la démocratie et des ouvriers de la raffinerie du site, menacés de licenciement après le redressement judiciaire consécutif à l’annonce du groupe suisse Petroplus de la prochaine mise en faillite du site racheté à Shell en 2008. Mépris de la démocratie car ce n’est pas le candidat qui s’est officiellement déplacé vendredi midi, mais le président de la République, aux frais du contribuable donc, et sans que sa conférence de presse tenue ensuite devant de nombreux journalistes ne soit finalement comptabilisée dans son temps de parole de candidat à l’élection présidentielle.

Mépris pour les ouvriers du site aussi qui méritaient mieux que cette mise en scène. Ils espéraient au moins plus de respect de sa part vis-à-vis de leur situation. Raté ! Le président s’est livré à un exercice visant à annoncer une avancée dans la situation de la raffinerie, pourtant déjà connue des salariés depuis une semaine. Le président s’est donc lancé dans un grand numéro d’autosatisfaction en annonçant que le pétrolier Shell avait signé « hier soir dans la nuit » un contrat de processing pour une durée de six mois, reconnaissant quand même que « ce contrat ne résout pas tout ». Un contrat déjà commenté mardi dernier par Jean-Luc Brouté, secrétaire CGT du site, sans mâcher ses mots : « Shell nous a foutu dans la merde, c’est donc le minimum que ce pétrolier puisse faire ! »

Sarkozy a ensuite poursuivi par un mensonge en annonçant que les 50 millions nécessaires à la réalisation de travaux nécessaires au redémarrage du site avaient été versés et que par conséquent « les travaux peuvent commencer ». « Sauf que, rappelle pour sa part Yvon Scornet, pour l’instant seuls les 20 millions de l’État ont été versés et on attend prochainement les 10 millions de Shell. » Il manque encore donc 20 autres millions pour financer l’intégralité des travaux. Enfin Nicolas Sarkozy n’a certes pas démenti que « trois ou quatre repreneurs sont intéressés par la reprise de la raffinerie », mais il n’a pas tenu à rassurer davantage les salariés, en n’avançant aucun nom, ni en donnant sa préférence pour l’un d’entre d’eux, un pétrolier plutôt qu’un financier. Rien de neuf sous le soleil donc pour les salariés qui savent surtout que la date butoir du 15 mars pour le dépôt des dossiers de reprise arrive à grands pas. Une visite pour rien, donc. En tout cas, pas au profit des salariés !

 

                                                                                                    Frédéric SEAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens