Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 19:10

 

Articles parus dans l’hebdomadaire La Terre du 19 au 25 avril 2011

« Vérité » au LPA du Neubourg

 

Le Comité permanent de défense et de développement de l’enseignement public agricole, né en 2009 au lendemain des assises de l’enseignement agricole public, organisait jeudi dernier une opération « vérité » au LPA du Neubourg (Eure). Reportage.

 

     Face aux menaces de suppressions de postes et de fermetures de filières de formation dans l’enseignement agricole public au profit de l’enseignement privé (Voir le dossier de La Terre, 22-28 mars 2011), qui se sont accélérées depuis l’arrivée de la droite au gouvernement et la tenue  en 2009 des assises de l’enseignement agricole public, des syndicats d’enseignants (SNETAP-FSU et CGT), associés à des partis politiques de gauche (PCF, PG , NPA, EELV, PS), à la confédération paysanne et à la FCPE, ont décidé de réagir et de créer un Comité permanent de défense et de développement de l’enseignement agricole public . Objectifs : Faire prendre conscience à la population qu’il existe en France un enseignement agricole public aujourd’hui menacé et mener des opérations dites « vérité » dans certains LPA (lycées professionnels agricoles) publics afin d’observer concrètement sur le terrain le fonctionnement, les difficultés mais aussi les forts potentiels de ces établissements. Une des quatre opérations « vérité » était organisée jeudi au LPA du Neubourg (Eure). Les deux premières ont eu lieu à Toulouse et à Digne-Carméjane (Alpes de Haute-Provence), les 29 mars et 4 avril derniers. La dernière opération se tiendra jeudi au LPA de Château-Gontier, dans la Mayenne. Une tribune, signée par 37 personnalités, rappelant le démantèlement programmé des LPA publics a par ailleurs été publiée par l’Humanité, le 3 mars dernier.

     Dans les trois établissements publics que compte l’enseignement agricole dans l’Eure, les  inquiétudes et les revendications semblent être  identiques : maintien des moyens financiers, des postes et des filières technologiques et professionnelles. «  En plafonnant arbitrairement les différentes filières à 24 élèves (obligation est faite de dédoubler les cours au 25e élève-NDLR), voire à 16 pour certaines sections, contre 32 précédemment, Bruno Le Maire limite d’autant le budget des établissements, du ressort de la Région, basé sur le nombre d’élèves inscrits. L’idée sous-jacente est de supprimer des postes de fonctionnaires, même si derrière,  cela empêche des jeunes d’intégrer les filières de leur choix qui offrent des débouchés professionnels nombreux » pestent le Snetap et la CGT. Concrètement, à  la rentrée prochaine, « le LPA du Neubourg perdra 32 élèves, soit deux classes. Deux postes et demi ne seront pas remplacés », précise Thomas Courtaux du Snetap et enseignant dans l’établissement. « A terme c’est la mort de l’établissement » entend-t-on. « Faute de place dans le public, les élèves ne sont pas dehors, ils vont dans le privé, mais c’est payant », s’emporte alors Pascal Lepeltier, du même syndicat, face au représentant patronal de la chambre d’agriculture de l’Eure découvrant, étonné, les difficultés du LPA du Neubourg et refusant qu’on oppose le public et le privé. Il ya 15  ans, l’enseignement agricole était à 65 % public et à 35 % privé. C’est l’inverse aujourd’hui » dénonce pour sa part, Jean-Marie Le Boiteux, secrétaire général du Snetap, pointant du doigt, avec d’autres, le rôle prépondérant de la région dirigée par le socialiste Alain Le Vern dans cette évolution. Du côté des élus présents, Engagement fut notamment pris par l’élue régionale Michelle Ernis (Conseillère régionale Front de gauche) d’interpeller Alain Le Vern. Brigitte Gontier-Maurin (sénatrice PCF) a rappelé son combat constant contre la casse des services publics dans leur ensemble. Xavier Compain, membre de la commission Agriculture, Pêche et forêt du PCF a appelé à «  donner des suites politiques aux opérations vérité et auxquelles le PCF réfléchit ». Des prises de position saluées par les interlocuteurs syndicaux dubitatifs, par contre, devant une élue socialiste, Anne Mansouret, conseillère régionale, présidente du conseil d’administration du LPA du Neubourg affirmant « être d’accord sur tout » sans pour autant avoir « de choses extraordinaires à [vous] dire ». Du côté du comité, on espérait quand même mieux de la part d’une candidate aux primaires socialistes à l’élection présidentielle…

Frédéric SEAUX

 

 

« Il faut alerter l’opinion publique »

Brigitte Gontier-Maurin, sénatrice PCF des Hauts-de-Seine est membre du comité de Défense et de développement de l’enseignement public agricole. Elle était présente jeudi à l’opération « vérité » au LPA du Neubourg.

 

Vous êtes sénatrice des Hauts-de-Seine, département d’Ile-de-France qui ne compte aucun lycée agricole. Comment expliquez-vous alors votre engagement au sein du comité de défense et de développement de l’enseignement public agricole ?

Au Sénat, je suis responsable des questions éducatives au sein du groupe communiste républicain citoyen et des sénateurs du Parti de gauche et je suis rapporteur pour avis de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication. La question posée aux LPA n’est pas isolée car l’ensemble des réformes actuelles vise à mettre en restriction la sphère publique qui répond aux besoins humains fondamentaux. Ces réformes conduisent à une société précaire proposant une main-d’œuvre bon marché. Le démantèlement des lycées agricoles publics et de l’ensemble des services publics est un choix idéologique de société de la droite.

Y aura-t-il un prolongement à ces opérations « vérités » ?

La tribune publiée dans l’Humanité doit devenir un manifeste et s’élargir aux simples citoyens. De telles opérations ont pour but d’alerter et de mobiliser l’opinion publique car les questions d’agriculture sont des questions de société, de territoire et de santé publique. Elles ne concernent pas uniquement ceux qui vivent à la campagne.

 

Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture dont dépendent les lycées professionnels agricoles, est également conseiller régional UMP en Haute-Normandie. Qu’attendez-vous de sa part ?

Je n’attends rien ! Il est cohérent avec la politique de Nicolas Sarkozy qui vise à démanteler ce qui ressemble de près ou de loin à un service public au profit du privé. Il ne peut donc pas être un interlocuteur crédible.

                (Propos recueillis par Frédéric SEAUX)

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans Education
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens