Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 09:36

Article paru dans l'Humanité le 6 septembre 2011

 

Quand scolaire rime avec précaire

Alors que les prud’hommes de Rouen avaient exigé, fin juin, la titularisation de 34 employés de vis scolaire, le rectorat refuse toujours d’appliquer la décision de justice.

 

Les 45 000 EVS (employés de vie scolaire) qui apportent une aide administrative aux directions d’écoles et pédagogique aux enfants en difficulté scolarisés dans le premier degré ont du souci à se faire. Car l’Etat, premier employeur précaire, fait désormais de plus en plus fi des décisions de justice. Dernière déni de justice en date, le 29 juin dernier, avec la décision des prud’hommes de Rouen de requalifier en CDI trente-quatre EVS embauchés en CDD dans le cadre d’emploi aidés en contrat d’insertion, du fait de l’absence durant leur période de travail de formations qualifiantes pourtant obligatoires. Le Rectorat de Rouen a d’abord joué la carte de l’ignorance, avant d’interdire le retour de ces EVS lors de cette rentrée, ces derniers ayant déjà été remplacés, pour un an, dans les écoles par des nouveaux contrats d’insertion. Le Rectorat a d’ailleurs fait appel de la décision des prud’hommes, réfutant cette requalification en CDI.

Au chômage sans avoir été licenciés

Mais en attendant le délibéré de l’appel prévu le 24 janvier prochain, trente-trois EVS (le trente-quatrième est en contrat jusqu’en décembre-NDLR) sont aujourd’hui au chômage sans avoir été licenciés. Cette situation ubuesque les a d’ailleurs mis quelques temps dans l’insécurité sociale, Pole Emploi refusant, dans un premier temps, de leur verser leur indemnité chômage, et de leur faire bénéficier de l’aide au retour à l’emploi.

Si la situation semble financièrement se débloquer, selon l’union CGT de Seine-Maritime, ces EVS souhaitent surtout retourner dans leur école où les enfants les attendent. Ils demandent d’ailleurs leur réintégration ou leur licenciement pur et simple. « Mais évidemment, prévient la CGT, s’il y a licenciement, cela coûtera cher à l’Etat qui devra indemniser ces trente-quatre EVS, sans compter tous ceux pour lesquels nous sommes en train de constituer un dossier pour acter aux prud’hommes ».  Sans compter aussi tous les cas identiques signalés dans d’autres départements et pour lesquels les prud’hommes ont rendu des décisions similaires.

 

Frédéric SEAUX

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans Education
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens