Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 07:28

Article publié dans l'hebdomadaire La Terre, du 11 au 17 mai 2010

A Ramburelles, le rock côtoie le patrimoine

 

Somme. Le 5 juin prochain, le village de Ramburelles  organise sa traditionnelle fête du patrimoine en même temps qu’un festival Rock.

 

A Ramburelles, petit village de la Somme, situé à quelques kilomètres d’Abbeville et du Tréport en Haute-Normandie, on compte bien tordre le cou aux idées reçues à propos de la prétendue désertification inexorable des campagnes françaises. Tel un célèbre village gaulois, Ramburelles et ses 241 Picards au dernier recensement 2006 (10% de plus qu’en 1999) ne comptent pas se laisser mourir surtout sans réagir. Ainsi, la municipalité conduite par Jack Bacouël, 62 ans et maire depuis 2008 après en avoir été le secrétaire de mairie pendant trente ans, organise le 5 juin prochain, pour la deuxième année consécutive, sa fête du patrimoine. L’an dernier, le village avait ainsi accueilli en une seule journée près de 3000 personnes venues essentiellement  des alentours, mais aussi de la Haute-Normandie toute proche.

 La fête débutera à dix heures du matin.  Le public profitera des nombreuses expositions prévues cette année ( exposition de matériel agricole ancien, de peinture et d’artisanat d’art, de voitures anciennes, d’outillage artisanal…). Il pourra aussi profiter de la visite guidée de l’église et de la mairie, celle-ci recélant d’objets aussi anciens qu’originaux. Et puis comme toute fête du patrimoine qui se respecte, de nombreux jeux −picards évidemment− seront proposés au public : concours de jeu d’assiettes, de tir à la carabine, de javelot picard, jeu de quilles, jeu de la grenouille, le casse-bouteilles et le jeu de ramassage de pommes de terre à… vélo !

En partenariat avec le … diable

Dans ce village qui ne compte plus aucun commerce, à part le café, la municipalité, via ses associations qui participent activement à la fête, vendra sur place de quoi se restaurer et se désaltérer. Cette fête, cette année encore, devrait donc connaître un franc succès car tout a vraiment été prévu. Jusqu’à l’animation en soirée. Et cette année, la municipalité a choisi de frapper fort. Elle a en effet décidé de s’associer avec… le diable ! Précisément avec « le diable est dans la boîte », association, installée à Saint Riquier-en-Rivière (Seine-Maritime) dont l’objectif est d’ « aider au développement des pratiques artistiques et culturelles dans le secteur des musiques actuelles et de démocratiser la musique en milieu rural en allant vers le public jeunes et âgé », explique Laurent Quenu, un des membres très actifs de l’association, professeur de Lettres et d’histoire géographie au lycée professionnel Georges Brassens de Neufchâtel en Bray et bassiste confirmé.

 Les deux parties étaient donc faites pour se rencontrer car de son côté, cette association cherchait cette année une municipalité prête à l’accueillir pour organiser son deuxième festival rock en milieu rural. L’an dernier, ce festival, dénommé « Bambino’s festival » avait accueilli près de 450 personnes sur le terrain de football d’Embreville, petite commune rurale de la Somme également, et dans le Vimeu précisément.

Quatre groupes animeront la soirée et le village : « Diabolo Watts », principal groupe de l’association et dans lequel joue Laurent Quenu, originaire du Pays de Bray, qui joue depuis près de dix ans dans la région ; « Inner melody », un groupe de jeunes de Mers les Bains (Somme) ; « Bambino et son collègue », un groupe de Compiègne et les Parisiens « Mighty Pearl », dont le batteur n’est autre que le frère du batteur des « Diabolo Watts ». Bref une histoire de famille.

Un festival à contre-courant

Les groupes locaux et jeunes seront donc à l’honneur à l’occasion de ce festival. Et pour les organisateurs, il n’y a aucune incompatibilité entre une journée traditionnelle, comme la fête du patrimoine, et un événement moins classique, surtout en milieu rural, comme un festival Rock. Au contraire, pourrait-on parler de complémentarité car, précise Laurent Quenu, « par rapport à d’autres festivals qui proposent de grandes scènes, avec un matériel ultra sophistiqué à des groupes déjà connus mais sans attache avec le lieu où ils se produisent, nous on propose un festival familial, gratuit, accessible à tous, y compris à ceux qui à la base ne seraient venus que pour la fête du patrimoine. L’objectif de la commune est de se faire connaître et pour nous association de faire perdurer ce festival ». D’ailleurs l’organisation est à un tel point conjointe que les dépenses comme les recettes seront partagées entre la municipalité et l’association. « Notre but, conclut Laurent Quenu, n’est pas de réaliser des bénéfices, mais de retomber sur nos pieds et faire vivre l’association ».

 Une association financièrement désintéressée, un village qui résiste et qui en plus gagne des habitants… pas sûr que le JT de Jean-Pierre Pernaut en parle.

Frédéric SEAUX

 

Partager cet article

Repost 0
Published by frederic seaux - dans culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de frederic seaux
  • Le blog de frederic seaux
  • : il s'agit d'un blog sur lequel paraissent certains de mes articles publiés dans le quotidien l'Humanité et les deux hebdomadaires, La Terre et l'Humanité Dimanche. J'utilise également ce blog comme moyen d'expression sur des sujets d'actualité que je ne traite pas directement à travers mes articles. Rendez-vous également sur le blog de la maison d'édition que j'ai créée : http://editionscogitoergosum.over-blog.com
  • Contact

Recherche

Liens